archiveshomo.info
Bienvenue sur le site du Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT.

Vous trouverez des informations sur les archives, bibliothèques, centres de documentation, musées et collections spéciales LGBT en France et dans le monde.

Accueil > Académie Gay & Lesbienne > Press-book

Articles de presse et reportages
sur l'association Académie Gay & Lesbienne
et le Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT

 

Pétition (demande de local)     2016     2015     2014     2013     2012     2011     2010     2009     2008     2007     2006     2005     2004     2003     2002     2001     Reportages


 

logo du site yagg.com 1er juillet 2016

site yagg.com
par Xavier Héraud

Centre d’archives LGBT de Paris :
la Mairie et les associations déterminées à faire aboutir le projet

Vingt-deux associations étaient réunies le 25 juin au Centre LGBT de Paris
autour d'Hélène Bidard, adjointe à la lutte contre les discriminations à la Mairie de Paris.
On y a parlé du projet de Centre d'archives.


Le Conseil de Paris a voté l'octroi de 12.000 euros pour une mission de Pré-figuration d'un Centre d'archives LGBT le 14 décembre 2015.
(Lire → Centre d’archives à Paris : le Centre LGBT prêt à piloter le dossier)

C'est Hélène Bidard, Adjointe chargée de toutes les questions relatives à l'égalité femmes/hommes, la lutte contre les discriminations et des Droits Humains qui pilote le dossier côté Ville de Paris.


Une réunion avec 22 représentant.e.s d'associations LGBT concernées par le projet a eu lieu au Centre LGBT Paris Ile de France le 25 juin. Les échanges ont été cordiaux – une bonne nouvelle, tant on sait que le sujet peut crisper.

Jointe par téléphone, Hélène Bidard affirme être satisfaite de la réunion et pense déjà à la suite des événements : « – Il faut qu'on continue à avancer dans cette co-concertation. Il n'y a pas de schéma pré-établi. »


Un questionnaire, une une réunion, un colloque

Suite à la rencontre au Centre LGBT, l'Adjointe [ à la Maire de Paris ] annonce trois mesures :
    ¤   Le lancement d'un questionnaire en ligne pour recenser les pratiques et le type d'archives. Le but est de délimiter "ce qui fait archive."
    ¤   Une nouvelle réunion avec les associations le 17 septembre prochain, au Centre LGBT de Paris
    ¤   Un colloque en octobre, plus ouvert sur l'extérieur avec experts de la mémoire et de l'archivage, en plus de la participation des associations


« – C'est très bien. Mais tout cela aurait dû être fait il y a 15 ans, regrette Phan Bigotte, de l'Académie Gay et Lesbienne. Nous avons désormais 300 mètres cubes d'archives. Nous ne prenons plus que s'il s'agit d'un décès ou d'un déménagement ou d'un départ à la retraite. Nous avons besoin d'un local. »

[ → Pétition de l'Académie Gay & Lesbienne : Demande d'un local parisien pour mettre les archives LGBT à disposition du public ]

« – Il y aura un local bien sûr, lui répond Hélène Bidard. Mais il faut d'abord délimiter le périmètre de ce qui fait archive avant de répondre à la question du lieu. »


Après deux tentatives infructueuses (le rapport [ de Préfiguration ] de Jean Le Bitoux, puis celui de Louis-Georges Tin) de lancer ce Centre d'archives, Yves Grenu, du collectif Les Balayeuses Archivistiques LGBT, lancé en 2012, estime que c'est la "dernière chance" de mener à bien ce projet.
[ → Pourquoi la création du Centre d'archives LGBT de Paris fait polémique depuis 13 ans ]

Il n'y a pas de calendrier fixe, mais assure Hélène Bidard dans un sourire : « – Je veux voir ce Centre ! Je ne travaille pas pour la postérité ! ». Elle insiste néanmoins sur le fait que rien n'est encore gravé dans le marbre.

Pour Yves Grenu, le projet doit dépasser la Ville de Paris. « – Il ne faut pas exclure des partenariats qui sont pour nous indispensables, avec l’État, représenté par des institutions prestigieuses comme les Archives Nationales, avec qui nous avons déjà travaillé, la BNF, les Archives Départementales, l’INA, bibliothèques ou musées, comme le Mucem, plaide-t-il. Nous avons envie et besoin de ce Centre, il faut mettre tous les atouts de notre côté », conclut-il.


[ → Historique du Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT ]
[ Format PDF (460 Ko) ]

 

Pétition (demande de local)     2016     2015     2014     2013     2012     2011     2010     2009     2008     2007     2006     2005     2004     2003     2002     2001     Reportages


 

logo du site tetu.com 30 mai 2016

site tetu.com
par Jérémie Lacroix

Un livre Yagg pour conserver
« Une Histoire LGBT »

Le site d’information LGBT Yagg va prochainement publier « Une Histoire LGBT ».
Deux tomes pour continuer à faire vivre son actualité mais également pour conserver une mémoire LGBT fragile et menacée.
TÊTU a rencontré le rédacteur en chef de Yagg, Xavier Héraud, afin de comprendre les enjeux d’un tel projet.

Yagg va prochainement publier un ouvrage en deux tomes : « Une Histoire LGBT ». Compilation d’articles publiés sur le site de Yagg, ce projet de livre a germé un moment avant de voir le jour.

L’un des éléments déclencheurs fut, entre autres, la disparition de TÊTU en kiosque à partir de juillet 2015. De TÊTU, il reste plus de 200 magazines.

Mais que resterait-il de Yagg si l’aventure devait s’arrêter ? C’est donc pour répondre à cette question existentielle que l’équipe de Yagg a souhaité compiler une partie de sa mémoire pour la préserver des aléas du temps.
Car c’est bien le devoir mémoriel qui motive cette belle entreprise ; la volonté de conserver une mémoire LGBT encore fragile voire menacée. En effet, peu d’ouvrages documentent et commentent l’histoire LGBT en longueur. Yagg a souhaité y remédier.

Enfin, un tel ouvrage permet de redécouvrir l’actualité LGBT sous un autre angle, avec plus de recul, et ainsi pallier l’instantanéité de l’information que nous vivons aujourd’hui.


TÊTU a rencontré Xavier Héraud, le rédacteur en chef de Yagg,
afin de mieux comprendre les enjeux d’un tel projet,
qui fait l’objet d’une campagne de financement participatif sur le site ulule.com.


  –   Quand est-il, à l’heure actuelle, de la conservation de la mémoire LGBT en France, tant d’un point de vue institutionnel qu’associatif ?

  –   Vaste question ! D’un point de vue institutionnel d’abord. Les Archives Nationales sont dépositaires d’un certain nombre de documents, les archives d’Act Up-Paris notamment. Michel Chomarat a confié son fonds à la Bibliothèque de Lyon. Il existe des Archives Lesbiennes à Paris.
Ensuite, plusieurs initiatives associatives ou personnelles existent en parallèle, je pense notamment à ce fonds exceptionnel réuni par Phan Bigotte et Thomas Leduc dans leur garage en région parisienne.
[ → Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT : « Nous ne voulons pas d'argent, juste un local » ]
Le site Hexagone Gay est une source précieuse, également. Même si l’objet n’est pas tout à fait le même, Les Oubliés de la Mémoire font aussi un travail remarquable pour faire vivre la mémoire LGBT.
Beaucoup de choses donc, mais il manque un lieu emblématique, comme le Schwules Museum de Berlin ou le GLBT History Museum de San Francisco.


  –   Où en est-on à Paris avec l’Institut Arc-en-ciel censé recueillir archives et de documentation sur les questions LGBT ?

  –   L’expression qui revient le plus souvent lorsqu’on évoque le sujet, c’est serpent de mer. À juste raison. L’échec de la mission menée par Jean Le Bitoux, puis par Louis-Georges Tin, a refroidi les ardeurs de beaucoup, et de la Mairie de Paris en particulier (qui n’a sans doute pas beaucoup aidé non plus, en dehors des 100.000 euros attribués à la mission de Préfiguration).
[ → Pourquoi la création du Centre d'archives LGBT de Paris fait polémique depuis 13 ans ]
Depuis la nouvelle mandature, le sujet a été repris avec beaucoup de volonté par David Belliard, co-président du groupe Écologiste au Conseil de Paris. Il a fait un voter un voeu pour créer une nouvelle mission de Préfiguration, plus ramassée dans le temps et avec un budget plus raisonnable. Le dossier est maintenant entre les mains d’Hélène Bidard, l’adjointe à la lutte contre les discriminations. Le souhait de David Belliard était que les associations LGBT s’emparent du sujet. Il a raison. Sans volonté associative, ne rêvons pas, le projet n’aboutira pas.


  –   À l’heure du numérique, en quoi est-il important de conserver cette mémoire sur papier ? Y-a-t’il une dimension symbolique plus forte dans les ouvrages papiers ?

  –   Il y a une raison assez concrète. Le web est immatériel. Lorsque pour une raison ou une autre, l’entreprise qui payait les serveurs où étaient stockés du contenu cesse de le faire, le contenu est purement et simplement effacé (il peut subsister des traces ici ou là, mais rien d’idéal).
Par ailleurs, oui, je crois que le livre conserve un certain prestige.


  –   Enfin, au-delà du devoir mémoriel, ce livre sera-t-il aussi un outil pédagogique et/ou culturel plus vivant ?

  –   La publication du contenu de Yagg dans un livre nous permet de revoir et de travailler nos articles avec une nouvelle perspective. Un média comme Yagg est dans une temporalité du quotidien. Ces livres nous placent et placeront les lectrices et les lecteurs dans une temporalité plus longue.
En rassemblant et en éditant ces articles dans des livres, nous essayons de raconter un morceau des histoires et des cultures LGBT de ces dernières années. Ces histoires et ces cultures sont très vivantes, le but est qu’Une Histoire LGBT – L’actu vue par Yagg le soit aussi !


Yagg a lancé une campagne de financement participatif sur ulule.com.
Dès à présent, vous pouvez commander vos exemplaires afin de soutenir cette initiative.


[ → Historique du Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT ]
[ Format PDF (460 Ko) ]

 

Pétition (demande de local)     2016     2015     2014     2013     2012     2011     2010     2009     2008     2007     2006     2005     2004     2003     2002     2001     Reportages


 

Académie Gay & Lesbienne
Boîte Postale n° 28
94402 Vitry sur Seine Cedex
FRANCE

http://www.archiveshomo.info
le site d'information
du Conservatoire des Archives et des Mémoires LGBT
de l'Académie Gay & Lesbienne

academiegay@yahoo.fr